CO Morat: Prévenir le cyber-harcèlement par le théâtre

Print Friendly

Les classes des cycles d’orientation (CO) du canton de Fribourg pourront désormais participer à un spectacle interactif sur le cyber-harcèlement. L’objectif est de sensibiliser les élèves aux effets d’un comportement inadéquat sur les réseaux sociaux et de leur donner des pistes pour désamorcer des situations potentiellement délicates. C’est au CO de Morat qu’ont eu lieu les premières de ce théâtre interactif de prévention, en langue allemande le matin et en langue française l’après-midi.

La Direction de la santé et des affaires sociales et la Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport ont mandaté la compagnie théâtrale Le Caméléon pour créer un projet de théâtre interactif destiné aux élèves de divers cycles d’orientation du canton. Cette mesure de prévention, accompagnée d’un dossier pédagogique et proposée dans le cadre du Bureau santé à l’école et du programme de prévention bilingue Acte/Akte1 développé par REPER2 est une réponse aux besoins exprimés par les cycles d’orientation. Ceux-ci sont confrontés depuis quelques années à des problématiques de harcèlement sur les réseaux sociaux parfois explosives qui ont des conséquences jusque dans les classes.

Le cyber-harcèlement touche ainsi une victime sur une période relativement longue et la soumet, sans répit, à une humiliation publique par une personne anonyme ou un groupe de personnes. Une situation qui peut avoir des conséquences dramatiques et qui concerne selon les estimations 10 à 20% 3 des jeunes en Suisse. L’objectif de la prévention est de sensibiliser les jeunes aux conséquences d’un comportement inadéquat sur les réseaux sociaux et de préparer les enseignants (dans le cadre de leur formation continue) à affronter ces situations.

Le spectacle présenté aux élèves du CO de Morat aujourd’hui est le fruit d’un travail interdisciplinaire entamé il y a plus d’une année, auquel les élèves de plusieurs classes pilotes des CO de Jolimont et Wünnewil (langue allemande) et de Pérolles et Farvagny (langue française) ont été associés pour saisir les réalités du terrain.

Ainsi, hormis les élèves eux-mêmes et les membres de la troupe de théâtre, les acteurs concernés par le projet sont nombreux : il s’agit en particulier de représentant-e-s de l’enseignement (directeurs et directrices d’établissement secondaire, enseignant-e-s, conseillers et conseillère pédagogiques, centre fritic), de la santé (responsables de la prévention et de la promotion de la santé, du service de planning familial, d’associations et institutions actives dans la prévention) et de la sécurité (brigade des mineurs).

Après avoir identifié les besoins des divers acteurs et les contenus à traiter dans la pièce, un premier scénario a été élaboré et joué en début d’automne, en présence des élèves des classes pilotes. Il s’agit d’une situation de mobbing qui dégénère dans une classe.

La version présentée aujourd’hui est celle qui sera jouée dans tous les CO du canton qui manifesteront leur intérêt. Le montant alloué par la DSAS pour le développement de ce projet est de 34 000 francs.

1 Le programme Akte vise la prévention des addictions et conduites à risque des écoliers fribourgeois cycle 2 et 3. Il soutient les enseignants dans leur posture préventive en leur permettant de développer leurs connaissances dans les thèmes agréés par le bureau santé à l’école, soit la prévention de l’alcool, du tabac (avec le CIPRET), du cannabis et de la violence, dont le cyber-harcèlement est une manifestation. Des outils pratiques sont proposés dans le dossier ressources afin de poursuivre un travail de réflexion en classe avec les élèves, par exemple dans le cadre de leurs heures de formation générale. Les interventions de théâtre forum telles que proposées par Le Caméléon sont intégrées dans le programme.

2 En réponse aux risques que présentent certains comportements ou certaines formes de consommation, l’association REPER s’emploie à promouvoir le bien-être et une vie sociale harmonieuse pour chacun. REPER est soutenu par la Direction de la santé et des affaires sociales. L’association contribue à développer les compétences individuelles permettant de conserver sa santé ou de l’améliorer, de s’intégrer dans la société et de s’y épanouir.

3 Chiffres de l’étude James

www.zhaw.ch/storage/psychologie/upload/forschung/medienpsychologie/james/2014/Rapport_JAMES_2014.pdf